Tsz Shan HUI

Press Review

DNA 19 June 2014
The Pictorial World of Tsz Shan Hui
 
Three years ago, in the Arsenal of Kaysersberg, this talented and original artist already put her enigmatic landscape, building bridges between the reality of Human, her coarseness sometimes and the creative power of dreaming which can open all the gates (remember the beam of the mystery of her Mona Lisa, or determination of Jean Paul Gaultier : “I believe I can fly”)
 
Today, in the Badhus, the artist has refined her approach and vision, incorporating people able to assume through humanistic mantras, despite daily news, at the end of a string where She sees blue birds flying, horses running, pandas playing, and lotus blooming, and white lotus symbol of perfect spirit and Awakening.
 
Duality of the World:
“What A Wonderful World!” is the title of her painting exhibition where the Humans are simply “being”(But the title on the English flyer is difficult to translate in French: For Tsz Shan Hui, “being” does not mean only to exist, but also to act: Shakespeare does not say anything else which his famous “to be or not to be” a philosophy of action with an unlimited range of possibilities.
 
Beside blue birds, the Lotus blossom is one the 5 stations put in pictures and on stage by the artist, always conscious of this duality: “neither defiled nor immaculate”, “neither produced nor stop”, finish in a translation of gold and fire called “Reborn”, born again.
 
Something is, something vanishes, the artist is gazing without to judge.
 
The young lady is free, like her birds, free according to her desires, make an exhibition or not, free to choose her technical tools, realist for the lone Hawk, pointillist for the Tree of Happiness, squinting to lyric abstraction with 
“The fly of the Dragon” barely masking Phoenix Dance in the same picture.
(Experimental serie)
 
Because Tsz Shan builds another bridge, at this time between West and Hong Kong, where she meets, one or two months the year the rigorous and traditional teacher Ng Kwok Ming, who will after appreciate the new creation she ‘s mailing to him.
But the part the most important of the exhibition if for the pandas which take the pose on 20 pictures acrylic and Chinese ink. They also are travelling from realism to symbolism. “The Power of Panda” His strength lies in a secret: to be nice, to be love, but to be strong too.
 
Better than to an exhibition of art, Tsz Shan Hui invites us to a meeting with her lush world where routine has not place:
 
A Wonderful World.
 
Translated from French by journalist Gérard Pinot-Bach 
19 June 2014 DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace)
 
 
Alsace 16 September 2011
Jusqu'au 26 septembre inclus, la salle de l'arsenal abrite une exposition de peinture d'Antoine Brellmann et de Tsz Shan Hui. Une exposition tout empreinte de contrastes, tout d'abord par les sujets présentés mais également par les artistes eux-mêmes.

Antoine Brellmann, enfant du pays, dont beaucoup connaissent l'humour, sa gaieté et son optimisme, sa gentillesse et son talent. Pour cette exposition, point de grands espaces auxquels il avait habitué son public, quelques aquarelles de Kaysersberg certes, mais surtout des oiseaux qui emmènent dans un monde calme et de douceur.

Avec la sensibilité qui le caractérise, Antoine Brellmann présente donc une belle série d'oiseaux, et plus précisément des corbeaux, peints dans les couleurs douces de l'automne avec, ci et la, quelques touches de couleurs sur leurs plumages.

Une autre facette

Comme dans son livre Les oiseaux qui vient de paraître (en vente a l'exposition), il révèle une autre facette de son talent.

A ses cotés, Tsz Shan Hui, chinoise de Hong Kong qui demeure a Kaysersberg, présente l'univers de ses peintures oniriques. Au mois de mai dernier, Tsz Shan Hui avait pris un premier contact avec le public à la salle de l'arsenal, avec son exposition"Qui suis-je?"

Outre la tradition orientale de ses origines, c'est l'observation de l'autre, les épreuves de la vie, les lectures ou les rencontres qui donnent à Tsz Shan Hui la force et l'énergie qui se dégagent de ses toiles.
Ses sentiments les plus profonds jaillissent comme un feu d'artifice et s'expriment tantôt en couleur, tantôt en noir et blanc.

Une très belle exposition qui réunit deux artistes exprimant de manière très différente la même philosophie, celle du bonheur du moment présent, et de l'espoir au soleil levant.


Marie-Louise Stein
Tsz Shan Hui avait fait une apparition en mai dernier a l'Arsenal de Kaysersberg  ou quelques amateurs avises avaient pu decouvrir ses inspirations polymorphes dans son exposition"Qui suis-je".

Elle y revient, du 13 au 26 septembre avec ses toiles uchroniques qui métamorphosent une Marylin brune en papillon, transcendent le charisme de Jean Paul Gaultier d'un rayonnement incarnat virant du fuschia, interrogent les relations humains d'actualite avec les 54 visages en vignette, sans yeux, sans bouche, de son original "No Facebook", auréolent de chaos imaginaire les visages de Mona Lisa et de la Jeune Fille au Turban tout en préservant la candeur diaphane.

Il y a aussi ces toiles qui se souviennent de l'héritage de sa culture chinoise.
Et celle-ci, feu d'artifice a la Georges Mathieu ou Jackson Pollock symbolisant une victoire sur un ennui de sante...

D'autre encore, en noir et blanc, tour a tour dominant et exprimant l'énergie, même celles du désespoir -"Perdu", "Surprise","Vent"...,synthétisée par "Danse avec moi",, détermination expressionniste chez l'artiste, du bonheur, d'un espoir qui ne finit jamais.
DAN 17 September 2011
DAN 13 May 2011
Tsz Shan Hui, Chinoise de Hong Kong, expose l'univers de ses peintures oniriques a l'Arsenal de Kaysersberg.

A Colmar ou elle a rencontré son mari, elle a suivi les cours de l'école des arts plastiques à la Manufacture en 2006, puis a préparé le niveau supérieur en autodidacte les années suivantes.

Elle a intitulé son exposition "Qui suis-je?", question que semble se poser de concert la Mona Lisa aussi énigmatique qui happe le regard du visiteur dès l'entrée. En s'approchant, on peut lire la légende "Je n'existe pas" qui règle en quelque sorte le problème de ladite énigme qui occupe depuis des siècles amateurs et chercheurs, mais qui n'affecte en rien la Joconde elle même, soeur sur cette même cimaise de la Jeune Fille au Turban de Vermeer de Delft, tout aussi virginale et détachée de la trivialité du monde.

Tsz Shan cherche au-delà de l'apparence.

Si ces deux figures contrastent les noirs et les blancs, deux portraits proches font éclater les couleurs, un vert vif pour Houellebecq qui "se bat contre le bonheur", un rouge flamboyant pour Jean Paul Gaultier en qui Tsz Shan voit beaucoup plus qu'un couturier. Simple et volontaire, pas mégalomane malgré son universel rayonnement, il touche l'artiste par sa droiture et sa détermination " I Believe I can Fly". En règle générale, Tsz Shan cherche au-delà de l'apparence comme l'illustre une phrase de Marylin Monroe, figure légendaire désespérée qui incarnait le bonheur. "Dans la prochaine vie, je voudrais être un papillon" dit une Marylin au visage pale, coiffée de cheveux...bruns et courts qui font ressortir la luxuriance d'ailes de papillons.

L'artiste puise aussi son inspiration dans la tradition orientale avec les 4 phases essentielles du bouddhisme, calme, énergie, lumière, conscience, se souvient de ses origines dans un triptyque mettant en scène la Chine du passé, celle de la révolution culturelle et celle des autoroutes et des buildings, quand le Dragon s'éveille...

Si la réflexion est profonde, elle ne s'interdit pas la fantaisie jusqu'à la caricature surréaliste"So What!" ("et alors"), exutoire oblige a l'emprise impersonnelle d'une autre révolution, technologique cette fois.

Tsz Shan Hui, sourire et regard pudiques qui renvoient a ceux de Mona Lisa justement, pose devant une galerie de portraits en vignettes - 54 en tout, tous très différents mais avec une étrange particularité commune: un visage vide de traits, sans yeux, sans bouge! Le tableau s'intitule:"No Facebook!"
Créé avec Artmajeur